Je m’appelle Thibauld, et je suis Infirmier en Suède depuis Janvier 2017.

Par le biais de mes études  j’ai pu découvrir les soins à l’étranger, notamment au Vietnam et en Norvège.
Deux cultures radicalement opposées qui m’ont montré les différences de prise en charge et de conditions de travail.

Le Vietnam m’a montré que le système de santé Français, même s’il n’est pas parfait parvient quand-même à
prodiguer des soins de qualité. A tout le monde.
Là-bas les choses n’étaient pas si simples. Pas de sécurité sociale ou d’assurance santé abordable.
L’adage qui dit « Pas de bras, pas de Chocolat », bien qu’un peu familier traduit bien l’idée :
Tout est payant.
Tout.

Vous n’avez pas d’argent ? Tant pis pour vous…


​​Malgré les moments difficiles, et l'organisation hospitalière que je ne comprenais pas toujours, cette expérience à marqué le début de tout une série de changements dans ma vie.
Voyager à travers le monde ne m'effrayais plus autant, et je commençais même à envisager l'idée qu'un jour, je vivrais à l'étranger.

Un an plus tard, je montais de nouveau dans l'avion. Cette fois direction la Norvège pour une periode de 3 mois.

J'ai vu ce qu'était de bonnes conditions de travail :

  • S'occuper de quatre patients par soignant
  • Avoir le temps de prodiguer des soins de qualité sans pour autant sacrifier sa pause ou le bien-être de sa vessie...
  • Passer du temps avec les patients et enfin retrouver l'humanité du métier, et pas seulement passer en coup de vent pensant déjà à l'état du patient suivant.
  • Retrouver l'amour de son métier.
  • La réalité enfin en accord avec ma vision du métier d'infirmier.

Tout n'était pas rose bien-sur.
Mais de la même manière que le Vietnam m'a fait réaliser la chance que l'on a d'avoir une sécurité sociale performante, la Norvège m'a ouvert les yeux quand aux conditions de travail désastreuses que subit le personnel soignant.

"Plus jamais"

Plus jamais je ne permettrais que les patients ne subissent les défauts d'un système de santé bancal.
Plus jamais je n'accepterais de travailler dans des conditions aussi exigeantes.
Plus jamais je ne me satisferait d'un salaire aussi bas comparé à mon engagement personnel.

C'était décidé : "Je repars !" Cette fois-ci, direction la Suède.

Aujourd'hui ça fait plus de trois ans que j'y vis et y travaille. Certes ça n'a pas été facile de prendre cette décision.

  • Si je ne comprends pas ce qu'on me dit qu'est-ce qu'il se passe ?
  • Comment je vais trouver un travail ?
  • Est-ce que mon diplôme est reconnu ?
  • Et comment ça se passe pour la retraite ?

Je me suis posé toutes ces questions.
Et c'est vrai ça fait peur.
On doute. On se dit que c'est pas si mal en France.

Mais je vous assure que le jeu en vaut la chandelle.
J'ai décidé de m'expatrier en Suède principalement parce que je ne supportais pas les conditions de travail que l'on nous impose en France. Il était hors de question pour moi de me retrouver en Burn Out, à remettre en question mes choix professionnels au bout de 2 ans.

Et je ne sors pas ce chiffre de mon chapeau.

Lors de ma dernière année d'infirmier, d'anciennes étudiantes sont passées par l'école, voir leurs anciens enseignants. Elles étaient toutes les deux épuisées.
Elles n'avaient aucune vie de famille, se donnait à fond pour respecter leurs engagements en tant que soignantes..
Soigner toujours plus de patients, en toujours moins de temps, avec toujours le même salaire.

Tout ça pour finir épuisée au bout de deux ans de profession.

Ce n'est pas acceptable.

La crise du Covid-19 a montré une nouvelle fois à tous que la société ne fonctionne pas sans le personnel soignant.
Ce même personnel qui défilait il y a quelques mois dans les rues pour revendiquer ses droits.
Ce même personnel qui entend toujours les mêmes réponses lorsque les responsables se retrouvent confrontés à la réalité.
Ce même personnel qui se voit presque obligé d'exercer dans les campagnes paumées pour compenser le manque de ressources.
Ce même personnel qui enchaîne des journées, des nuits, des gardes de 12heures quand ce n'est pas 24.

Tout ça pour aussi peu de considération.

Ce n'est pas acceptable.

La Suède offre des conditions de travail bien plus agréables, bien plus humaines.
Dans mon service actuel, je dois m'occuper en moyenne de 6 patients, et le salaire est à la hauteur des efforts fournis...
Lorsque j'y ai commencé en tant qu'Aide-Soignant, mon salaire était alors supérieur à celui d'une infirmière expérimentée en France...

​Pour en savoir plus sur l'Expatriation en Suède

​​Inscrivez-vous à la Newsletter de VivreEnSuede.fr

>